Papa, mon papa

Extrait d’enregistrement Thierry Tifen (je dois avoir 3 ans ?)

J’espère être à peu près correctement vêtue et peignée. Tu n’étais pas à cheval sur les convenances, c’est le moins qu’on puisse dire.

Mais la seule fois de ma vie où tu as failli me coller une baffe, c’était parce que je refusais de me coiffer un jour où nous étions invités chez les Pillot. Tu as toujours refusé la moindre violence physique à mon égard, parce que tu en avais souffert, enfant.

Papa, mon papa, je ne pensais pas que ce jour viendrait. Tu as traversé tellement d’épreuves et tu es tellement robuste. Naitre pendant la guerre avec une mère qui se met à aider des résistants, être soldat toi-même en Algérie, dans cette guerre qui ne disais pas son nom, qui t’a fait faire tant de cauchemars et tu ne parlais presque pas, sauf pour dire qu’il n’aurait pas fallu la faire.

Robuste, sportif, il le fallait pour traverser le lac du Bourget à la nage, surtout en suivant la barque de ta cousine qui flirtait en même temps, et rendait le trajet assez aléatoire, il le fallait aussi pour mettre en œuvre toutes les bêtises de vacances avec ton cousin au pays Basque.

Curieux de tout, tu as croqué la vie à pleines dents. L’Afrique, plusieurs années. Tu rêvais de faire le tour du monde en bateau par la suite. C’est ainsi que tu as connu Régine, ma mère. Est-ce ce ma faute si tu n’as plus voyagé ? Tu mettais un point d’honneur à t’occuper de moi, tous les jours. Et quand tu as rencontré Odile quelques années plus tard, qui elle, savait naviguer, tandis que toi tu préférais régler les voiles (je préfère ne pas répéter tous les gros mots que tu as vociférés sur ce bateau pour savoir de quel côté prendre une bouée etc…), l’achat du bateau à Granville est vite arrivé. J’en ai des souvenirs plus ou moins flous, n’ayant pas hérité du pied marin semble t’il.

Derrière ton foutu caractère, c’est la très grande générosité, accueil de l’autre que je veux garder en tête. Tu aimais les rencontres, les gens, quels qu’ils soient. Tu t’émerveillais de tant de choses. Même des animaux. Tradition familiale, il a toujours eu à la maison perroquets, chats, yorkshire. Tu étais indigné qu’Odile ait aspiré cette araignée dans les toilettes à qui tu donnais des mouches, et que tu avais même baptisée !

C’était quand même un spectacle de voir cette carne de cancanette prendre soin de la vieille chatte ou faire l’éducation des yorkshire ! Et il y a peu, tu disais que cancanette te manquait beaucoup.

Pour finir, papa, mon papa, je voudrais te remercier pour la belle famille que tu m’as faite.

Chez nous, c’est mieux. On a plus qu’une famille. Moi j’ai grandi avec un papa, une maman, des cousins et cousines, un beau père et une belle mère. Grâce à mon beau-père et ma mère j’ai une sœur et un frère, qu’Odile et toi avez pris sous votre aile comme si c’était tout naturel. Grâce à ma belle mère j’ai de beaux oncles et tantes, et de beaux cousins et cousines. Et même, grâce à ma mère maintenant mes enfants ont un beau grand-père.

Est-ce que tu n’as pas eu ton comptant d’amour, enfant, ou est-ce la perte prématurée de ta sœur adorée, puis de ta mère, qui t’a donné le goût de la famille élargie ?

J’ai poussé le bouchon encore un peu plus loin, en découvrant cette forme toute particulière de fraternité qu’est la camaraderie. Les camarades, c’est la famille des idées, des combats politiques. Ce sont ceux qui me font la chaleur d’être là, juste parce qu’ils me savent dans la peine et parce qu’ils partagent avec moi cet engagement, qui n’est pas un échappatoire, mais le seul moyen pour nous de donner un sens à la vie, et à la mort.

Papa, mon papa, j’achève ici, parce que tout a une fin, sauf mon amour, sauf ta mémoire.

tffqt

 

P1010183

Zélie un mois, on vient de s’installer à lucey, papa peut voir zélie « tous les jours »

Aventure_0003 (3)

Naissance de Louna, papa et patrice, le père de mon frère et ma sœur

Aventure_0017 (2)

Houat, à ma naissance

Aventure_0006 (3)

Louna sur le bateau

Aventure-page-001

Bilibi, Danielle, Thierry enfant et en Algérie

Aventure_0001-page-001

Bilibi, Bertrand, Frédérique et Alexandrine

Aventure_0003

Morgan aux houches

Aventure_0006 (2)

La langouste ! Papa n’a pas supporter de l’ébouillanter, je l’ai fait…

Ub et Cancan 049

Cancanette et Ubu

Toutes les musiques de la cérémonie Aventure_0004 Aventure_0005 (2) Aventure_0020 Aventure_0022 IMG_4510 IMG_0280 Aventure_0006 Aventure_0015 (3) Aventure_0011_NEW DSC_6723 IMG_0353 P1020388

Publicités

Mirentchu

Tifen,
Je me préparais à répondre à ta carte, la semaine dernière, quand Muriel m’a appelé pour m’annoncer la mort de Thierry.
Je me souviens d’une espèce de sketch complètement amateur, que nos quatre parents avaient filmé pour s’amuser au tout début du caméscope ; ça s’appelait “je vais couper cette planche en deux”.
 mirentchu 001
Je me souviens de Lucey, Thierry, Cancanette et Quercy, et nous deux. La drôle d’équipe que nous devions former. Je ne sais même pas comment tout est rentré dans la voiture.
C’est au cours de ce séjour que j’ai découvert les abricots secs, le soir à l’arrière de la voiture, pour nous consoler de nos onglées. Du coup je pense au ski chaque fois que j’en mange.
Je me souviens aussi d’une des dernières fois où j’ai vu Thierry, à Saint-Jean de Luz, une scène surréaliste où j’ai vu soudain apparaître son grand corps dans l’entrée, tenant au bout d’une laisse un tout petit quiquinou nommé Ubu.
Vivre c’est aussi être évoqué dans les conversations et appartenir aux souvenirs de vous que les autres partagent. Alors continuons d’en parler.
Je vous embrasse bien fort, tous les 5, et Odile aussi.
Mirentchu
Je répondrai à ta carte plus tard. Je ne réponds jamais mais elle me font bien plaisir ; on voit les enfants grandir. C’est fou ce que ton fils te ressemble.

Les mots d’Isabelle, la famille de la réunion

Isabelle est en mission humanitaire à Madagascar, elle a envoyé ce texte. Ses enfants Chloé et Mathieu ont envoyé bien des mots pour leur tonton aussi…

Le texte a été lu par le maitre de cérémonie, et nous le remercions car son accueil et accompagnement était très aidant.

P1020650

La mort n’est rien : je suis seulement passé dans la pièce à côté.

Je suis moi ; Vous êtes vous.

Ce que j’étais pour vous, je le suis toujours.

Donnez-moi le nom que vous m’avez toujours donné.

Parlez-moi comme vous l’avez toujours fait, n’employez pas un ton différent. Ne prenez pas un air solennel ou triste.

Continuez à rire de ce qui nous faisait rire ensemble.

Souriez, pensez à moi.

Que mon nom soit prononcé comme il l’a toujours été, sans emphase d’aucune sorte, sans une trace d’ombre.

La vie signifie tout ce qu’elle a toujours été. Le fil n’est pas coupé.

Pourquoi serais-je hors de vos pensées, simplement parce que je suis hors de votre vue ?

Je ne suis pas loin, juste de l’autre côté du chemin.

Ordures du Liban : Correspondance avec une amie de Beyrouth

Suite…

Fin août, j’entends aux informations que les ordures n’ont pas été ramassées depuis plus d’un mois à Beyrouth et sa région. Bigre… un mois d’ordures ménagère sous le soleil du Liban, ça doit donner !

beyrouth bouteilles

Autour de cela, les journalistes annoncent des manifestations et un mouvement curieux « you stinck », vous puez. On nous explique que ce mouvement dénonce à la fois l »incapacité du gouvernement à régler la crise des ordures, et les ordures qui se font de l’argent sur cette crise, et sur le dos du peuple. La répression est dure à leur égard.

Cela m’intrigue. Je pousse un peu les recherches : très peu d’articles, et il faut aller voir la presse libanaise qui ne donne pas tant de détails que cela.

A force d’en parler autour de moi, je me trouve en contact avec une amie qui vit désormais à Beyrouth. Elle m’en dit un peu plus :

« A Beyrouth, il est très rare d’avoir de l’électricité 24h/24. Il y a des coupures tous les jours, il peut y en avoir même pendant plusieurs jours. La plupart des élus sont très corrompus. De grosses entreprises se font beaucoup d’argent avec la complicité du gouvernement. Les ordures pas ramassées, ça a amené un climat terrible, de film de science fiction. Les odeurs, la crise sanitaire et écologique qui s’annonce, et pas de solution en vue du côté du gouvernement… Ça a été le déclencheur d’un mécontentement général. »

Sur les photos on voit beaucoup de jeunes…

« Oui, de jeunes. C’est un mouvement de gens qui ont peur pour leur avenir, et ont aussi l’envie de ne pas se faire gâcher la vie. Le mouvement est très fort, mais il est aussi durement réprimé. Dans les réunions, on parle de tout, pas seulement des ordures. Les gens ont envie de tout remettre à plat. »

Ils demandent des élections ?

« Oui, des élections législatives. Cela fait un an qu’il n’y a plus de président. Si le gouvernement est renversé et qu’on se lance dans une contituante, on ne pourra pas résoudre vite la question des ordures et la catastrophe sanitaire et écologique va arriver ! Les législatives, c’est la solution de plus court terme. Mais je t’en dirai plus après la prochaine réunion dans 2 jours. »

Les jours passent, je n’ai pas de nouvelles. Je relance au bout d’une semaine, un peu inquiète quand même… A la radio…silence radio. Pas d’articles de journaux, rien. Je tombe juste sur un article de L’orient le jour annonçant que dans une autre province du Liban, l’élu local est tout fier d’inaugurer une « usine qui fera le tri des déchets toute seule, fera du compost, et permettra d’aller vers zéro déchet ».

Impossible de trouver des informations plus précises, mais cela ressemble furieusement aux usines de Tri-Mécano-Biologique que nous vendent Véolia et autres en France.

Ces usines sont censées faire le tri des Ordures Ménagères en mélange, séparer les bio-déchets des autres pour en faire du compost. Dans les faits, ce sont des gouffres financiers pour les collectivités, ça ne réussit pas à faire le tri correctement et ce qui en sort n’est pas pas épandables comme du compost. Le président de l’agglomération d’Angers, après s’être battu pendant des années pour faire respecter les engagements vendus par le constructeurs, a finalement décidé d’arrêter purement et simplement l’usine.

Il semblerait que pour faire du zéro déchet, le geste simple du tri par les citoyens soit plus efficace et moins coûteux que ces grosses usines !

« Désolée, il y a eu une tempête de sable, la réunion a eu le plus grand mal à se tenir et je n’ai eu accès à internet pendant plusieurs jours. Le gouvernement a pondu une solution provisoire pour les déchets. Ils rouvrent la décharge le temps de ramasser tout ce qu’il y a dans les rues. Puis, ils décident de rendre les communes responsables des ordures ménagères. Ils attendent des réponses de trois autres décharges pour accueillir les ordures qui allaient avant dans la décharge de Naamé, déjà saturée depuis longtemps. »

Le 10 octobre, de nouveaux affrontements ont eu lieu. Un autre collectif s’est monté « Nous demandons des comptes » à côté de « vous puez ». Depuis, les membres du gouvernement n’ont pas cessé de leur envoyer la troupe, et de tenir des propos très durs sur le fait qu’il « est inadmissible de s’attaquer aux biens et que cela sera sévèrement réprimé. » Plusieurs arrestations ont eu lieu, et les procès débutent.

Je ne peux m’empêcher d’y trouver un écho à « l’affaire de la chemise » en France. Toute la classe politique est d’accord, du FN au PS, pour condamner cette violence, et continue son petit entre-soi pendant que le chômage progresse, et le burn out guette ceux qui n’y sont pas, pendant que des centaines de milliers de gens dorment à la rue. Dans quelques jours ce sera une nouvelle fois la journée mondiale de lutte contre la misère, et on va voir tout se beau monde se presser dans les colloques pour dire de beaux mots creux avant de s’enfiler un kir royal.

Je n’ai plus de nouvelles de mon amie. Elle ne répond plus sur facebook. Où en est la situation ? Je ne peux que me fier au journal libanais L’orient le jour.

La crise des déchets est en plein blocage. C’est incompréhensible vu de l’extérieur : on dit que le Hesbollah bloque les décisions, puisque le site prévu pour accueillir les déchets est dans une région qu’il contrôle. Les milieux du Futur (Hariri) font porter aux chiites la responsabilité du blocage d’un autre site d’enfouissement.

Bref, le plan que le ministre de l’agriculture Chehayeb avait préparé pour résoudre cette crise est bloqué par la situation politique structurelle du Liban : celle du communautarisme. Issu de la colonisation, ce fonctionnement a faire croire au maintien de la stabilité d’un pays qui compte beaucoup de différentes confessions.

Il semblerait que ce soit l’erreur de base : les gens qui descendent dans la rue ne demandent pas que leur « communauté » soit représentée, ils veulent que leur vie d’être humain puisse se dérouler dans des conditions décentes, et que leur voix de citoyen serve le bien commun.

A l’heure où j’écris ces lignes, les crises des déchets couvent, où surgissent un peu partout. Gestion totalement déléguée à des entreprises privées et souvent des multinationales comme au Maroc, situation de l’ile de Jerba avec les machines d’entreprises allemandes appelées « à la rescousse ». La Corse est elle-même en crise suite à l’arrivée en fin de vie d’une des 4 décharges de l’île. Les éboueurs de Paris font grève les trois incinérateurs de l’ile de France sont clairement pointés dans l’alerte aux particules fines déclarée pour ces jours.

bomilisation zzero déchet

Mobilisation contre la reconstruction de l’incinérateur d’Ivry. Le 10 octobre, une mobilisation citoyenne l’ampleur s’est tenue pour le plan B’OM, alternative à l’incinération et la mise en décharge.

bomilisons nous

Mais il y a aussi les citoyens qui proposent le Plan BOM (Un Plan B pour les Ordures Ménagères !). N’ayons pas peur des mots : la solution viendra d’eux, pas des irresponsables actuels qui gouvernent la France, l’Europe, le Monde.

De la part de Vañka

VaincaC’est ça que j’emmène… Tonton Thierry… Toujours jovial.. Et prêt à rigoler… A donner un coup de main

 

 

 

Quand j’étais un adolescent fragile, hors de portée de mes parents… Tu m’as cadré en douceur

Vainca 2

C’est toi qui m a donné mes premiers outils… Tu es un de mes tontons…

vainca 5

C’est ça le souvenir que j’emmène…

vainca 3

Un mec qui savait vivre… Et qui m’a beaucoup appris…

vainca 4So long tonton… Bonne route… Comme t’aurait dit mon père « bakia mzuri  » Va en paix…

Nos pensées t’accompagnent.

vainca 6

Journal de la poire septembre 2015

Voici le journal de la poire de septembre et deux petites rédactions…

Journaliste poirote  sept 2015

Journaliste poirote sept 2015

Pour le télécharger : Aventure_0001

Louna 24/02/2015 : je raconte une bêtise d’enfant et ses conséquences. (aucun rapport avec l’article concernant le phare d’aix les bains et l’hommage à pépère…)

Un jour j’ai brosser le cheveux de ma péruque et presque tout les cheveux sont tomber. Alore je lai cacher dans mon placard a chaussette.

Et quan ma maman a ranger mes chaussette elle ma gronder et je n’ai pas pu regarder la télévision pandans une semaine.

Après une semaine j’aitai toute seule chez moi et je voulais faire lentrer du déjeuner. Alore j’ai fait une fausse salade. J’ai pris un bole j’ai mi de l’eau du pain de la salade de l’huile et du papier. Quans papa et maman son rentrer il on dis Waou !

Je leur ai fait gouter il on dis Beurk ! C’est dégoutant.

Et j’ai éter obliger de tout manger toute seule et en plus j’ai été privé de télé pandans une semaine.

Pauvre enfant… et dire que nous n’avons même pas la télé !!

La nuit et le jour

La nuit je rêve et de je dors. Le jour ris je joue . ce serait tellement bien que la nuit soit aussi amusante que le joure n’est-ce pas…